visuel maison

Rester chez soi tout en étant utile

#Actualités
Article publié le

Face à la crise sanitaire en cours, un mot d’ordre s’impose depuis plusieurs semaines : la meilleure façon d’aider est de rester chez soi. Martelé par les pouvoirs publics, le message ne suffit pourtant pas à apaiser notre extraordinaire sentiment d’impuissance et de passivité.

Au-delà du confinement que nous nous devons d’observer, voici plusieurs pistes d’actions pour aider ceux qui se battent en première ligne :

1. Donner de l’argent :

Plusieurs organisations ont mis en ligne des campagnes de don.

En France, les hôpitaux se mobilisent. L’Assistance publique — Hôpitaux de Paris a ainsi mis en place un fond d’urgence destiné à :

Améliorer les conditions de travail du personnel soignant : aménagement des locaux, achat de matériel, renfort en personnel, outils de suivi des patients à domicile…

– Faire avancer la recherche en apportant un soutien logistique et financier aux équipes qui souhaitent mettre en place des projets de recherche dans des délais extrêmement rapides. Ces projets peuvent être des essais cliniques pour tester des traitements, des évaluations sur l’organisation des soins, le suivi des soins à domicile, etc.

Une initiative mise en place dans d’autres villes et régions françaises comme à Nantes, Clermont-Ferrand ou encore en Corse (l’île est particulièrement touchée par l’engorgement des hôpitaux).

Pour aider la recherche, deux autres fonds sont actifs : celui de l’Institut Pasteur et de la Fondation pour la recherche médicale.

A l’échelle internationale, vous pouvez aller regarder du côté de l’Organisation Mondiale de la Santé qui a initié un fond de riposte à la crise du COVID-19.

2. Donner du temps :

Pour celles et ceux qui ont un peu de temps, sachez que plusieurs associations agissent à distance.

Pour rassembler leurs forces et simplifier les démarches d’engagement, sept associations de bénévolat à distance ont créé le site Benevolat.fr.

L’APA, réseau associatif d’aide à domicile (03 89 32 78 78), propose d’appeler des personnes isolées.

Plusieurs réseaux de proximité s’organisent également en ligne via des sites tels que AlloVoisins ou EnPremièreLigne.frcréé il y a quelques jours pour mettre en relation les professionnels qui agissent sur le terrain avec des volontaires situés près de chez eux.

Autre médiateur utile : la plateforme nantaise Bénévolt (habituellement réservée aux retraités) a ouvert sa plateforme aux bénévoles de tous âges et appelle les internautes au “télébénévolat”.

Si vous êtes Nantais.e, sachez que la Ville de Nantes a mis en place un groupe Facebook destiné à partager toutes les solutions d’entraides.

Enfin, si vous avez l’impression que votre métier n’est pas utile en cette période de crise, détrompez-vous il est peut-être cité dans cet appel aux bénévoles lancé par l’APHP et qui reste plus que jamais d’actualité.

***
Pour ceux qui peuvent sortir de chez eux, il y a bien sûr plein d’autres manières d’agir en respectant les gestes barrières. Le 18 mars dernier, Jérôme Salomon — directeur général de la Santé — appelait par exemple les Français à se mobiliser pour le don du sang. Si cela vous intéresse, L’Etablissement Français du Don propose ici une cartographie des collectes.

Bon courage à toutes et à tous et prenez soin de vous.

Dans la même catégorie

#Actualités

Promouvoir les gestes barrières sur les réseaux sociaux.

Lire l'article

Photo de bureau

#Actualités

Pour un télétravail plus sobre

Lire l'article

Découvrez
nos podcasts !


Voir les podcasts
vulputate, commodo consectetur mattis velit, Donec