Photo de bureau

Pour un télétravail plus sobre

#Actualités
Article publié le

Comme nombre d’entre vous, l’agence Leksi est passée en télétravail. Confinées et connectées, nous restons mobilisées pour répondre aux besoins de nos clients et partenaires.

Le confinement et le télétravail généralisé qui l’accompagne ne sont pas sans conséquence pour notre usage d’internet…et pour la planète. Et si la pollution de l’air diminue, la pollution numérique semble quant à elle plus que d’actualité.

Alors que nous souhaitons participer au développement d’un environnement digital plus économe et plus responsable, voici quelques réflexions et pistes d’actions dans ce contexte inédit et délicat.

Que pouvons-nous faire ?

1. Prendre conscience & s’informer

Au-delà du rapport du Shift Project que nous évoquions dans notre premier article, plusieurs lectures peuvent nous permettre de prendre du recul sur la nécessaire sobriété numérique. Nous vous conseillons notamment :

Pour une écologie numérique d’Eric Vidalenc

Sobriété numérique : les clés pour agir, de Frédéric Bordage

La Face cachée du numérique, guide-pratique mis en ligne par l’ADEME et le Ministère de la Transition écologique et solidaire

Parallèlement à ça, Twitter demeure, comme toujours, un outil de veille précieux sur le sujet. Là aussi, nous vous conseillons la lecture de deux “threads” intéressants :


_La semaine dernière, Olivier Philippot, Chief Technical Officer de Greenspector (start-up nantaise qui a développé une solution innovante pour outiller les démarches d’écoconception numérique), anticipe la crise et partage quelques bonnes pratiques :

_De son côté, David Monniaux, chercheur en informatique, s’attarde sur le cas de Wikipédia dont la sobriété pourrait inspirer les acteurs de la formation en ligne, particulièrement sollicités dans cette crise.

_En parallèle, citons l’article passionnant de Stéphane Bortzmeyer qui revient pour sa part aux fondamentaux en parlant d’Internet pendant le confinement. L’auteur y explicite le fonctionnement d’Internet et la différence cruciale entre réseaux et services. On a particulièrement aimé cette phrase qui résume assez bien les choses :

« Ce n’est pas parce que le WiFi chez vous est saturé que tout l’Internet va mal »

Enfin, de façon beaucoup plus pragmatique, signalons le comparatif particulièrement instructif de Greenspectorqui a choisi d’étudier l’impact de 5 applications de visio-conférence : Whereby, Webex (by CISCO), Skype, Zoom et GoToMeeting. Verdict :

« L’application GoToMeeting est la moins énergivore, suivie de près par Zoom (+10%) et Webex (+12% d’énergie consommée en plus).« 

1. Prendre conscience & s’informer

Pour passer de l’attention à l’action, voici quelques exemples de bonnes pratiques que chacun.e peut mettre en place à sa manière pour soigner la planète.

1. Éteindre sa box la nuit. Dans son livre Sobriété numérique, les clés pour agir, Frédéric Bordage propose cette comparaison éclairante : une box adsl et son boitier tv allumés 24h/24 consomment entre 150 et 300 KWh par an, ce qui représente la consommation électrique de 10 ordinateurs portables utilisés 8h par jour au bureau. Si on peut s’en passer…

2. Aux visioconférences, préférez les audio-conférences qui sont près de 3 fois moins gourmandes (chez Leksi, on pratique les salons vocaux sur Discord). En matière d’outils, privilégiez GoToMeeting & Zoom.

3. (Spoiler : Ceci est aussi un hack de productivité;) Alterner temps en ligne et temps hors ligne. On peut par exemple découper sa journée et privilégier des tâches hors ligne aux moments des pics de connexion et se connecter ensuite pour les tâches qui nécessitent une connexion. Si, comme nous, vous rédigez des articles ou des newsletters, rédigez d’abord votre texte sur une note hors ligne puis éditez-le via votre CMS.

4. Profiter du mode hors-connexion des outils que vous utilisez déjà. Google drive (malgré toutes ses limites) propose par exemple un mode hors connexion.

5. Si votre organisation utilise un VPN, c’est-à-dire un réseau privé virtuel, pensez à le quitter quand vous n’avez pas besoin d’être connecté.

6. Limiter le chargement de dossier volumineux … ou, si c’est absolument nécessaire choisissez des heures creuses, le matin très tôt à l’heure de la pause déjeuner ou tard le soir. Anticipez vos tâches du lendemain en téléchargeant le soir les dossiers sur lesquels vous allez plancher.

7. Recourir à la compression de fichiers pour minimiser la taille de vos fichiers (pdf compressor ou wecompress vont rapidement prendre leurs quartiers dans votre barre de favoris). Et pour les envoyer, on préférera des liens Fromsmash ou WeTransfer aux bonnes vielles pièces jointes d’emails.

8. Sur les réseaux sociaux internes comme Teams, Slack etc, on peut s’astreindre à limiter l’envoi d’animations GIF ou de vidéos. Plus largement et même hors confinement, il est recommandé de limiter la diffusion de vidéo sur les réseaux sociaux.

9. Utilisez des extensions de navigateurs éco-friendly.

Dark mode extension permet de passer n’importe quelle page internet en mode sombre, ce qui économise de l’énergie.

Carbonalyser trace votre activité numérique pour la traduire en empreinte carbone. Redoutable d’efficacité pour une prise de conscience à la hauteur des enjeux.

– Un bloqueur de publicité, limitera les appels aux serveurs inutiles.

10. Parcourir l’infographie publiée par la Direction interministérielle du numérique qui synthétise 5 bonnes pratiques pour un télétravail responsable :

Si vous avez d’autres conseils, dites-le nous, nous complèterons cette liste bien évidemment non-exhaustive.

Dans la même catégorie

#Actualités

Promouvoir les gestes barrières sur les réseaux sociaux.

Lire l'article

visuel maison

#Actualités

Rester chez soi tout en étant utile

Lire l'article

Découvrez
nos podcasts !


Voir les podcasts
et, eget Praesent sem, eleifend ut nunc consectetur libero. ut